les Clefs de… Jena

La ville de Jena (Iena), située sur la Saale et à 40km de la ville de Weimar, en Thuringe (Thuringia, Thüringen) fut longtemps célèbre pour ses vins et son université.

Le domaine, très réduit, est à cheval sur la Thuringe et la Saxe-Anhalt, entre la Saale et l’Unstrut. Aujourd’hui la production se situe plus au nord. Ce fleuve de la Saale fut aussi dans les premiers temps la frontière entre les mondes germain et slave, notamment pendant la période du royaume de Thuringe de 456 à 527.

Son université, fondée en 1558 par le prince électoral de Saxe Jean-Frédéric le Magnanime, fut un foyer important de la Réformation en Allemagne, et brilla particulièrement tout au long du XIXe siècle. Elle fut renommée Université Friedrich Schiller en 1934.

Dès 630, Dagobert Ier érige la Thuringe en duché (royaume d’Austrasie), puis elle est administrée, sous Charles Martel (717), par des comtes. Charlemagne y créa une marche en 804, qui subsista pendant près d’un demi-siècle. Érigée à nouveau en duché (royaume de Germanie) en 849, elle passe en 919 sous la domination des ducs de Saxe.

Redevenue indépendante en 960 (margraviat), elle obtient le titre de landgraviat en 1130. Après une guerre de succession qui dura de 1247 à 1264, elle passe dans la maison de Wettin. Elle est à nouveau et durablement divisée en 1485 entre les frères Albert et Ernest, et Jena devient partie de la Saxe ernestine.

Depuis cette date, de nombreuses petites principautés s’érigent puis se partagent au gré des successions, entraînant parfois la guerre entre les différentes branches princières, comme pendant la guerre des Frères, de 1446 à 1451.

Jena est alors assez généralement liée au destin de la Saxe-Weimar, sauf une courte période où elle devient elle-même capitale du minuscule duché de Saxe-Jena, sous le règne du duc Bernard, de 1672 à 1690. Elle revient ensuite dans l’escarcelle de Weimar.

Depuis la réunion d’Eisenach à Weimar et Jena en 1741, la principauté prend le nom de duché de Saxe-Weimar-Eisenach, puis de grand-duché en 1815, sous Charles-Auguste, pour le récompenser de l’aide fournie à la Prusse contre Napoléon, et enfin de grand-duché de Saxe en 1877.

Le 14 octobre 1806, une fameuse bataille eut lieu à Jena qui donna l’Allemagne à l’Empire français, mais c’est aussi de cette région qu’à partir de 1813 part la contre-offensive qui rend l’Allemagne indépendante de la tutelle napoléonienne.

Le grand-duc abdique en novembre 1918, et Jena fait alors partie à partir de 1920 du nouvel État libre de Thuringe. En 1923, l’entrée de ministres communistes au gouvernement entraîne l’intervention de l’armée allemande qui dépose le gouvernement. Ces évènements sont à l’origine de l’arrivée de ministres nazis au pouvoir dans ce Land, dès 1930, pour la première fois en Allemagne.

Jena est libérée par les Américains en 1945, mais est donnée par ceci aux Soviétiques quelques mois plus tard. La Thuringe fera ainsi partie de la République démocratique allemande ou Allemagne de l’Est de 1949 à 1990.

L’industriel Carl Zeiss, et la société qui fut sa postérité, s’installèrent à Jena. On leur doit notamment un planétarium.

On remarque enfin un château, résidence ducale et aujourd’hui bâtiments principaux de l’université, construit en 1908.

Voir Favourite Spot (2009-2016), Wilhelmhöhe, Jena (2015) & Jenaer Schloss (2015-2016)

les Clefs de… Poznań

Poznań (Posna, Posen) est la capitale de la région historique et du voïvode de Grande-Pologne (Wielkopolska). On y remarque surtout sa cathédrale de Saint-Pierre-et-Paul et le château “impérial”, construit en 1910 comme maison royale par l’Empereur d’Allemagne.

Située sur la Warta (Varta, Warthe), qui devait à partir de 963 former la frontière avec le Saint-Empire romain germanique, elle forme aussi le point de départ de la christianisation de la Pologne (968).

La ville reçut une charte à l’allemande, et rejoignit la Ligue hanséatique en 1253, base d’un commerce très actif avec l’Allemagne.

En 1331, la ville s’illustre en résistant aux assauts de Jean Ier de Bohême et des Teutoniques.

Lors de la Première Guerre du Nord, elle sera occupée par Charles X Gustave de Suède dès 1655, puis à nouveau entre 1703 et 1709 par le roi Charles XII dans la Grande Guerre du Nord.

Poznań sera finalement annexée à la Prusse en 1793 lors du Second Partage de la Pologne pour devenir la capitale de la Prusse méridionale (Südpreußen).

Occupée par Napoléon après la bataille de Jena en 1806, elle est donnée au Duché de Varsovie par celui-ci en 1807, puis occupée par la Russie en 1813.

Le Congrès de Vienne adjuge la ville à la Prusse, qui en fait la capitale d’un Grand-Duché.

Elle revint à la Pologne indépendante en 1919, avant d’être momentanément occupée par l’Allemagne nazie et annexée au Reich de 1939 à 1945, date de la libération de la ville par l’armée soviétique. Elle rejoint alors à nouveau la Pologne.

On signale une grande grève des ouvriers en 1956 dirigée contre le gouvernement communiste. La ville fut entièrement détruite en 1764 et en 1803 par deux grands incendies.

Voir Poznań (23.1.2017)

les Clefs de… Szczecin

Fondée par les Wendes, la ville n’est d’abord ni polonaise ni allemande, mais sera l’éternelle pomme de discorde entre les deux pays. C’est un port sur l’Oder (Suevus, Odera, Odra), à 60 km de la mer, et elle fut lontemps celui de Berlin.

En 1121, Szczecin (Sedinum, Stettin) est d’abord conquise par Boleslas III de Pologne. Mais dès 1175, elle devient la capitale du duché de Poméranie (Pommern, Pomorze : près de la mer), et intègre le Saint-Empire romain germanique 6 ans plus tard.

En 1243, elle obtient le statut de ville allemande, et intègre la Ligue hanséatique en 1278.

On y remarque surtout le château des ducs de Poméranie qui fut érigé en 1503.

La guerre de Trente ans dépeupla entièrement la ville, alors que la Poméranie chercha l’alliance de la Suède en 1630, ce qui eut pour conséquence son occupation par les troupes suédoises, et la guerre avec le Brandebourg et l’Empire en 1637.

En effet, le dernier duc de Poméranie s’éteignit cette année-là, et avait exprimé le souhait de léguer son pays à la Suède, contre un traité vieux de plusieurs siècles qui prévoyait que le marquis de Brandebourg devait succéder en cas de défaut d’héritier mâle.

Le roi de Suède fut confirmé dans ses prétentions par le traité de Westphalie en 1648, et devint ainsi prince du Saint-Empire.

La Prusse occupa Szczecin en 1677-1678, puis en 1713, mais cette dernière occupation se prolongea jusqu’à la reconnaissance par la Suède de l’annexion à l’Allemagne de la Poméranie.

Elle fut occupée par Napoléon en 1806, à la suite de la bataille de Jena, et jusqu’en 1813 où elle revint à la Prusse, qui la développa, bâtit son port de mer à Świnoujście (Swinemünde), et la raccorda par chemin de fer à Berlin et à Poznań.

Elle rejoint en 1918 la Pologne indépendante, mais fut occupée de 1939 à 1945 par l’Allemagne nazie, qui l’annexa au territoire du Reich allemand.

Elle fut libérée par l’armée soviétique, rejoignit à nouveau la Pologne, et fut profondément polonisée. Cet état de fait fut reconnu en 1950 par l’Allemagne de l’Est, puis en 1970 par l’Allemagne de l’Ouest, et fut confirmé en 1990 lors de la réunification allemande.

Elle est aujourd’hui la capitale du voïvode de Poméranie occidentale (Pomorze Zachodnie, Westpommern), et après Gdańsk le deuxième port de Pologne.

Voir Szczecin (17.1.2017)

les Clefs de… Kraków

La ville, située sur la Vistule (Vistula, Wisła), fut fondée au pied d’une colline où la légende place la tanière du dragon de Wawel. Le roi Krakus aurait alors offert la main de sa fille et le royaume à celui qui déferait la bête. Un cordonnier usa de ruse et lui donna en pâture une carcasse de mouton remplie de souffre… Le dragon dut tant boire dans le fleuve qu’il explosa ! On situe l’évènement au VIIIe siècle.

Pendant 300 ans (1320-1596), Kraków (Cracovia, Carrodunum, Krakau) fut la capitale de la Pologne, où les rois se faisaient couronner (jusqu’en 1734), et aussi là où ils avaient leur nécropole, à la fois nos Reims et Saint-Denis. Elle est la capitale de la région historique de Galicie (Galicja, Galizien, qui s’étend à l’est jusqu’à Lviv en Ukraine) et du voïvode de Petite-Pologne (Małopolska, Kleinpolen).

Elle fut dévastée par les Mongols successivement en 1241, 1259, 1285 et 1288. Elle reçut une charte à l’allemande en 1257 et subit l’influence culturelle allemande jusqu’au XVIe siècle. C’était un centre commercial très actif de l’Europe centrale.

A la suite du mariage du roi Sigismond I à la Milanaise Bona Sforza, le château de Wawel, détruit par un incendie, fut reconstruit sur le modèle du palais du duc d’Urbino.

On y distingue aussi une vieille ville, autrefois entourée de remparts, et le quartier juif de Kazimierz. En 1364 le roi Casimir III le Grand y fonda l’Université jagellone, fille de la Sorbonne.

La ville subit de plein fouet les différentes guerres qui détruisirent cette partie de l’Europe, et fut ravagée par de nombreux incendies. Elle fut prise par Charles X Gustave de Suède à l’occasion de la Première Guerre du Nord en 1655 et par Charles XII de Suède pendant la Grande Guerre du Nord en 1702.

Conséquence de la confédération du Bar, grande révolte de la noblesse contre l’influence russe et prélude de la déchéance polonaise, la ville est à nouveau occupée par Catherine II de Russie en 1768.

Elle fut annexée à l’Autriche en 1795, lors du 3e partage de la Pologne. Donnée par Napoléon au nouvel État polonais du Duché de Varsovie en 1809, le Congrès de Vienne en fait une petite république neutre sous le triple protectorat de l’Autriche, de la Prusse et de la Russie.

Les sympathies de la population pour les aspirations nationales polonaises la verront occupées par la Russie en 1830 et par l’Autriche en 1836 et de 1838 à 1841. Malgré les protestations franco-britanniques, elle fut finalement annexée par l’Empire d’Autriche en 1846 et faite capitale d’un royaume de Galicie.

Elle ne fut rendue à la Pologne indépendante qu’en 1918, mais fut occupée par l’Allemagne nazie en 1939 et faite capitale du Gouvernement général de Pologne, jusqu’à la libération par l’armée soviétique en 1945.

voir les photosets : Kraków (30.9.2016)Wawel (2015-2016) & Kraków (12.1.2017)